La fête des fous. Bruegel redécouvert

La fête des fous. Bruegel redécouvert

De 07.04 au 28.07.2019 dans le Château de Gaasbeek

Pieter Bruegel est souvent considéré comme l’incarnation ultime de l’identité flamande. Pourquoi en est-il ainsi depuis la redécouverte de son œuvre vers 1900 ? Comment se fait-il qu’il soit devenu une icône, une source inépuisable d’inspiration et un cliché incontournable ? L’exposition La fête des fous. Bruegel redécouvert, présentera au visiteur une série d’œuvres clés de maîtres modernes et d'artistes contemporains qui « ont quelque chose en commun avec Bruegel ». Ils s’inscrivent dans le prolongement de ses thématiques, les réinterprètent, le citent… et montrent ainsi que son œuvre n’a rien perdu de sa pertinence. 

Bruegel, le malentendu
L’exposition commence par « le grand malentendu », lorsque Bruegel a été proclamé, au lendemain du romantisme, barde pictural des psaumes paysans, des craquements des paysages envahis par la neige et des murmures éternels des champs de blé ondoyants, profondément enraciné dans l’argile flamande. Elle étudie la manière dont les artistes flamands et, par extension, belges et internationaux, ont traité son héritage artistique au cours de l’entre-deux-guerres et au-delà. Dans ce cadre, nous nous concentrons sur James Ensor, Valerius De Saedeleer, Jules De Bruycker, Gustave Van de Woestyne, Frits Van den Berghe, Jean Brusselmans, Constant Permeke, Anto Carte, Otto Dix, Stijn Streuvels, August Sander, Hubert Malfait et George Grosz. Les compositeurs et les cinéastes ne manquent pas à l'appel.

Bruegel, aujourd'hui
En parallèle, l’exposition ouvre un certain nombre de registres contemporains avec l’art, la performance et la musique. Les commissaires Luk Lambrecht et Lieze Eneman ont invité une série d'artistes contemporains de se lancer dans un dialogue avec l’œuvre de Bruegel. Il en a resulté des nouvelles créations de Lázara Rosell Albear, Kasper Bosmans, Dirk Braeckman, Ricardo Brey, Carlos Caballero, Anetta Mona Chişa & Lucia Tkáčová, Leo Copers, Jimmie Durham, Christoph Fink, Jan Van Imschoot, Bart Lodewijks, Hana Miletić, Yola Minatchy, Elisabeth Ida Mulyani, Honoré d’O, Ornaghi & Prestinari, Jonathan Paepens, Emmanuelle Quertain, Kurt Ryslavy, Sam Samiee, Pascale Marthine Tayou, Grazia Toderi, Yurie Umamoto, Birde Vanheerswynghels, Peter Verhelst & Anneleen Boehme et Gosie Vervloessem. Ces créations seront liées aux œuvres existants de Marcel Broodthaers, Mario Merz, Panamarenko et Franz West.

Studio Job a créé une sculpture assez funky pour l’occasion, << Le Mariage Paysan >>, un gros clin d’œil à Bruegel.

 Bruegel, dans le monde
L'exposition présente également une création de Rimini Protokoll, compagnie de théâtre ultra-créative de Berlin. Ils ont développé un projet immersif de réalité virtuelle autour de notre industrie alimentaire contemporaine, portant le titre ironique de << Feast of Food >>. À l’époque de Bruegel, la nourriture était produite près du consommateur, les produits exotiques n’étant apparus que petit à petit sur les tables. Au 21e siècle, la situation a radicalement changé : les familles de paysans de Bruegel sont devenues des industriels de l’agroalimentaire de haute technologie, les supermarchés proposent une infinité de produits et nous ne connaissons même généralement plus l’origine de ce que nous mangeons et buvons. En outre, la population mondiale a doublé au cours des 50 dernières années. Rimini Protokoll se penche sur la transformation de notre production alimentaire au fil du temps. Le visiteur se retrouve dans un monde où des gens travaillent pour nous, bien loin de nos cuisines : de Rungis, près de Paris, le plus grand marché alimentaire au monde, à un immense abattoir en Bavière, en passant par des champs de légumes d’Almeria.

 Avec le soutien de
L’exposition La fête des fous. Bruegel redécouvert s’inscrit dans le cadre du projet « Les Maîtres flamands » de VISITFLANDERS, qui soutient l’exposition.

 

Informations pratiques /du dimanche 7 avril au dimanche 28 juillet. Ouvert tous les jours de 10h à 18h (dernière entrée à 17h), fermé le lundi, ouvert les jours fériés. Un billet d'entrée coûte 15 €, 14 € (prix réduction), 2 € pour les -18 ans et gratuit pour les -7 ans. Visite avec audioguide. Un billet pour l'exposition vous donne également accès au Jardin Musée. C'est aussi possible de visiter l’exposition  en compagnie d’un guide dans les langues suivantes : néerlandais, français, anglais, allemand, espagnol, italien et russe. 
Plus d'information sur 
www.feastoffools.be

Pour plus d'informations sur ce communiqué de presse, contactez Tess Thibaut  tess.thibaut@vlaanderen.be - www.kasteelvangaasbeek.be.

Tess Thibaut Communicatieverantwoordelijke, Kasteel Van Gaasbeek
A propos de Château de Gaasbeek

Le Château de Gaasbeek se niche au creux des collines verdoyantes du Pajottenland, aux portes de Bruxelles. Ce château médiéval a eu une histoire mouvementée, puisque château-fort stratégique à l’origine, il est devenu au fil du temps une accueillante résidence d’été. L’un de ses plus illustres propriétaires fut le comte d’Egmont. Le bâtiment actuel a pris son allure romantique à la fin du dix-neuvième siècle grâce à l’excentrique marquise Arconati Visconti. Elle fit transformer son château en musée pour son immense collection d’art et en fit un décor historique dans lequel elle aimait à se déguiser en page. Le château de rêve ainsi créé par ses soins a aujourd’hui encore quelque chose d’une machine à remonter le temps. Le décor historique qui y a été reconstitué sert d’écrin à quantité de tapisseries, tableaux, meubles, statues et autres objets précieux.

Une visite du château est un festin pour tous les sens. Nous nous efforçons qu’elle soit aussi une expérience inoubliable pour les visiteurs. Des expositions d'art contemporain visant à éclairer le patrimoine historique à la lumière de la créativité contemporaine vous transportent à chaque fois dans un décor différent.

Le parc du château avec ses arbres ancestraux, ses étangs, ses drèves, ses sentiers sinueux et les petits bâtiments historiques, est le lieu idéal pour un moment de détente. Le jardin-musée, où sont cultivées des variétés anciennes de fruits et de légumes, est unique en son genre.

Château de Gaasbeek
Kasteelstraat 40
1750 Gaasbeek (Lennik)